L’accord OMS-AIEA

et le bilan des experts


 

    Actions  de solidarité en faveur des habitants

    L’étude des effets de Tchernobyl sur la santé des populations

    Accord OMS  et de l’AIEA

    Rapport de l’ONU (2002)  et sa critique 

    Le projet européen ETHOS 

    Le Programme CORE

 

 

Actions  de solidarité en faveur des habitants

  Parlement Européen:  Le 29 mars 2004: Une demande est déposée par des députés au Parlement Européen pour une action communautaire de solidarité en faveur des habitants des régions contaminées à la suite de la catastrophe de Tchernobyl.

    Sauver l'Institution de radioprotection Belrad:  Appel du Professeur Nesterenko.   (juin 2003)

L’étude des effets de Tchernobyl sur la santé des populations

    "Effets des rayonnements sur la santé : Dogme ou recherche de la vérité?" Texte de la communication de Mme Solange Fernex, députée européenne, Présidente de  WILPF France (Women's International League for Peace and Freedom) présentée à la table ronde, "Effets socio-psychologiques de l'accident de Tchernobyl"  lors de la 3ième conférence Internationale :

"Conséquences médicales de la catastrophe de Tchernobyl :

Résultats de 15 ans de recherches"

4 – 8 juin 2001, Kiev, Ukraine. 

    

    Document CRIIRAD Combat  pour la vérité  (4 pages) (RTF)
    La LIFPL récuse l’UNSCEAR et met en doute son indépendance (9/08/2000)

    La Catastrophe de Tchernobyl et la santé . Michel Fernex (Mai 2000) (19 pages)

    The Reports of Independent Experts and Medical Publications on Health Consequences of the Chernobyl Explosion.  Professor M. Fernex. (Janvier 2005)  Cet article important présente les travaux des chercheurs indépendants Belarus publiés dans le "Swiss Medical Weekly" et nous permet de les placer dans leur contexte.

    Les véritables dimensions de la catastrophe de Tchernobyl.  Dans une lettre à Wladimir Tchertkoff, Solange Fernex et Bella Belbéoch, le professeur Nesterenko relate en détail exactement ce qui s'est passé lors de l'explosion du réacteur N° 4 de Tchernobyl.  Il explique le terrifiant danger encouru par l'Europe, le sacrifice des milliers de liquidateurs et nous donne une perception des dangers à venir. 

(N.B.  Le Professeur Nesterenko était témoin oculaire de la catastrophe et, en tant que membre du Conseil interministériel à l'énergie atomique de l'URSS, il a joué un tout premier rôle dans la tentative des autorités de faire face aux conséquences de l'explosion de Tchernobyl. )

Accord OMS (Organisation Mondiale de la Santé ) et de l’AIEA (Agence Internationale pour l’Énergie Atomique)

    L'AIEA veut rétablir la vérité sur Tchernobyl, 18 ans après 

 

     L’accord OMS-AIEA de 1959


     L’IPPNW se mobilise contre l’accord OMS-AIEA, pour la défense des scientifiques indépendants du Belarus (avril 2001)

 

     Nucléaire et santé publique, Michèle Poulain Actualité du Droit international de la santé  (21/06/2002)

 

    «Controverses Nucléaires»  (2003 ) : Congrès de l’OMS à Kiev (2001), Les deux versions de l'après-Tchernobyl, L’accord OMS-AIEA.   Dans le film, l'ancien directeur général de l’OMS, reconnaît le rôle subordonné de l'OMS par rapport à l'AIEA.

 

     Conflits d'intérêts entre l'AIEA et l'OMS :   Rosalie Bertell (1999)

 

    Compte rendu de la rencontre à l'OMS  du 18 juillet 2002 entre les responsables de l'OMS et du PSR (Physicians for Social Responsibility) - / IPPNW (International Physicians for the Prevention of Nuclear War et du WILPF (Women International for Peace and Freedom).   

 

Questions abordées: 

    Demande de l'amendement de l'accord AIEA et l'OMS

    L'absence de l'OMS du terrain après Tchernobyl

    La libération du Professeur Bandajevsky

  Des propositions de Groupes de Travail Scientifiques dans les zones contaminées.

    Le démantèlement du Registre des Cancer du Belarus,

    La publication des actes de la Conférence de l’OMS en 1995.

Rapport de l’ONU et sa critique 

     Rapport de l’ONU, février 2002
     Critique du rapport de l’ONU par Nesterenko, Yablokov et Grodzinski

Le projet européen ETHOS 

"pour la réhabilitation des conditions de vie dans les territoires contaminés par l’accident de Tchernobyl". Dans la pratique, sa mise en place s’est faite au détriment de l’action de radioprotection effectuée par l’Institut indépendant Belrad fondé par Nesterenko, auquel on a enlevé le contrôle de certaines zones contaminées.

     Quand le lobby nucléaire s’en prend à ses victimes , Michel Fernex(22 février 2002)
     "L’ombre de Tchernobyl plane sur la Biélorussie   "Le Figaro" (21/11/2002)

Le Programme CORE

Les 13 initiateurs du Programme CORE - "Coopération pour la réhabilitation des  conditions de vie dans les territoires de Biélorussie contaminés par l'accident de Tchernobyl " - sont :

      - Le Comité de Tchernobyl du gouvernement du Bélarus
      - Le Programme de développement des Nations Unies
      - L'Ambassade de France
      - L'Ambassade l'Allemagne
      - La Commission Européenne
      - La Direction pour le Développement et la Coopération de Suisse
      - L'UNESCO
      - La Banque mondiale
      - Le Comité européen de partenariat et de préparation du Programme CORE
      - Le Comité exécutif du district de Braguine
      - Le Comité exécutif du district de Svetlogorsk
      - Le Comité exécutif du district de Stoline
      - Le Comité exécutif du district de Tchetchersk

Ce Programme, qui doit démarrer au second trimestre 2003, fait abstraction des problèmes de santé dans une région où plus de 80% des enfants sont malades, suite à la catastrophe de Tchernobyl, alors qu'ils n'étaient que 20% avant 1986. Le Mémorandum du Programme CORE, souscrit par les 13 partenaires, prévoit un audit international indépendant au bout de 5 ans d'activité, pour en évaluer l'efficacité. A notre avis, l'analyse critique que nous vous adressons, doit être largement connue et diffusée dès l'origine de ce Projet. La catastrophe sanitaire dans les territoires contaminés par l'explosion du réacteur de Tchernobyl s'aggrave et se répand comme une épidémie majeure. Les populations contaminées, abandonnées depuis 17 ans par la communauté internationale, ne peuvent pas attendre ces 5 années supplémentaires d'un projet qui ne prévoit pas d'intervention médicale qualifiée.

    Analyse et Critique du programme Core  -   Association "Enfants de Tchernobyl Belarus"
68480 Biederthal - France