LE PREMIER QUI DIRA LA VERITE...

Editorial N° 36   JAC  (Journal des accidents et des catastrophes)

 "L'indépendance est un statut, l'impartialité une vertu"
Robert Badinter


Au moment où la France s’apprête comme chaque année à ralentir le rythme et à profiter de vacances méritées, il ne faut pas oublier le sort judiciaire et politique réservé à Youri Bandajevski, éminent savant biélorusse, dont le seul crime est d’avoir mis en doute scientifiquement la vérité sur la catastrophe sanitaire et humaine de Tchnernobyl. Nous nous associons fortement au mouvement de nombreux scientifiques et juristes qui ont décidé de soutenir ce savant.(http://www.comite-bandajevsky.org) En France, c’est José Bové, certes multi-récidiviste de la destruction des semences transgéniques et d’un célèbre chantier Mac Donald’s, qui est derrière les barreaux au même moment où le droit de l’environnement et le précieux principe de précaution vont être constitutionnellement consacrés. Il y a des collisions d’images et de concepts qui interpellent.
  

En surimprimé, la juste colère des victimes des familles de l’affaire du sang contaminé, les évidentes craintes des victimes de l’hormone de croissance, suite à la décision motivée de la chambre criminelle de la Cour de Cassation. Le tout au même moment où le pôle santé de la justice est rattaché géographiquement au pôle économique. Espérons bientôt un signe politique fort en France et en Europe pour donner lisibilité et assise à une politique sanitaire de sécurité.
  

Le JAC de juillet 2003 s’ouvre sur l’Europe, sur celle de la justice des catastrophes, en mettant à disposition des lecteurs trois décisions inédites.
  

Enfin ce numéro du JAC vous rend compte des Assises de l’INAVEM organisées à Paris grâce à un accueil particulièrement convivial et chaleureux, dans le cadre magnifique de l’Hôtel de Ville de Paris, de son maire, M. Bertrand Delanoë, et de M. Caresche maire adjoint et député, chargé de la sécurité.

La ville de Paris qui a d’ailleurs fait récemment Youri Bandajevski citoyen d’honneur de Paris.

Bonne lecture, bonne réflexion, bonnes vacances….

Claude Lienhard
Directeur du Cerdacc