Situation radioécologique au Belarus 16 ans après la catastrophe à la centrale nucléaire de Tchernobyl

 V.B.Nesterenko, membre correspondant de l'Académie des Sciences Nationale du Belarus, professeur, docteur ès sciences techniques, directeur de l'Institut de radioprotection "Belrad"

Assemblée Nationale - Paris

28 mars 2002


 

Suite à l'accident de la Centrale de Tchernobyl, plus de 23% du territoire du Belarus a subi une contamination radioactive supérieure à 1 Ci/km² (37 kBq/m²). En 1986, plus de 2 millions de personnes, dont 500.000 enfants, vivaient dans les 3.668 agglomérations de ce territoire. La zone contaminée il y a 811 établissements préscolaires, 911 écoles secondaires, 78 écoles secondaires professionnelles et 19 écoles-internats.  Au cours des années on a relogé 140.000 personnes des endroits les plus dangereux mais plus de 27.871 personnes dont 6.758 enfants continuent à vivre dans des territoires au niveau de contamination supérieur à 185 kBq/m². Pour les besoins de la radioprotection, il est objectivement indispensable de reloger tous les habitants ( 28.000) des régions contaminées à plus de 185 kBq/m². De plus, près de 200.000 personnes vivent dans des régions où toutes les mesures de protection qu'on a appliquées n'ont pas pu abaisser au-dessous de 2 mSv/an les charges corporelles annuelles dans les groupes critiques.

Le dommage économique causé au Belarus par l'accident de Tchernobyl dépasse 235 milliards de dollars, ce qui représente 32 budgets de l'état de 1985. En dépit du fait que le Belarus dépense chaque année jusqu'à 20% du budget de l'état pour les programmes d'élimination des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl, - ce qui constitue une charge exorbitante pour le budget de la république, - les habitants des régions sinistrées ne bénéficient pas d'une radioprotection suffisante.

Avant 1990, les régions contaminées du Belarus étaient ravitaillées en aliments propres. La situation économique d'alors ainsi que l'aide de l'Etat permettaient aux habitants des campagnes d'acheter des produits propres (principalement, du lait). Chaque année 700 à 800.000 enfants se rétablissaient dans les régions propres du Belarus de Russie et d'Ukraine ainsi qu'à l'étranger.

        La législation internationale sur les compensations pour les dommages nucléaires est ainsi faite que ni la Russie (créateur des équipements nucléaires de la centrale de Tchernobyl) ni l'Ukraine (son propriétaire) n'ont  compensé les dommages économiques causés par l'accident. L'aide internationale est, elle aussi, infime. Sur le plan pratique, seules les organisations non gouvernementales viennent en aide aux habitants des régions sinistrées (le rétablissement des enfants etc…) L'Etat ne finance annuellement que le rétablissement de 200 à 220 mille enfants dans les régions "propres" du Belarus et de 50 à 60 mille enfants dans des familles à l'étranger.

        Le financement prévu par le "programme Tchernobyl" a permis à l'Etat d'organiser dans les écoles et les jardins d'enfant des régions sinistrées une distribution gratuite de repas 2 à 3 fois par jour, et cette mesure de radioprotection s'est avérée efficace (les enfants recevant des aliments relativement "propres"). Dans le cadre du programme Tchernobyl, l'Etat accorde une aide financière importante aux exploitations agricoles collectives (kolkhozes et sovkhozes) pour la fertilisation des sols avec des engrais minéraux. Dans le secteur privé, l'aide de l'Etat est pratiquement inexistante. En 16 ans l'Etat n'a financé qu'une fois la fertilisation des prairies où paissent les vaches des paysans à raison de 0,5 ha par tête de bétail.

        Le rapport de la Mission de l'ONU Conséquences humanitaires de l'accident de Tchernobyl. Stratégies de réhabilitation (mars 2002) ne reconnaît comme conséquence sanitaire de la catastrophe que 1800 cancers de la thyroïde chez l'enfant et ne prévoit dans l'avenir pas plus de 6000 à 8000 cancers de la thyroïde pouvant survenir dans le courant de la vie des enfants irradiés en 1986 dans les trois pays sinistrés. Ces données sont de toute évidence bien en dessous de la réalité. Il suffit de rappeler les données officielles bien connues du professeur E.P.Demidtchik : sur le territoire du seul Belarus, 7701 cas de cancers de la thyroïde ont été enregistrés au 1 janvier 2001, dont 1415 cas chez l'enfant et l'adolescent. Les spécialistes de la Mission de l'ONU ont reconnu une aggravation importante de l'état de santé de la population (en 1985 il y avait au Belarus 85% d'enfants en bonne santé, en 2000 il y en avait moins de 20%). Mais selon eux cette aggravation est due uniquement au stress causé par la nécessité de quitter le domicile et le cadre de vie habituel.

 

        Le Centre républicain de médecine radiologique dépendant du ministère de la Santé a observé pendant 15 ans 277 enfants, évacués de la zone de 30 km autour de la Centrale de Tchernobyl à l'âge de 1 à 3 ans.  Aujourd'hui que ces enfants ont atteint l'âge de 16-18 ans, seuls 5,1% d'entre eux sont reconnus en bonne santé, 23,1%  - en santé moyenne et 71,8% - malades.

        A la Conférence internationale Les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl  qui s'est tenue du 4 au 8 juin 2001 à Kiev, on a pu entendre les professeurs E.Bourlakova et Y.Bandazhevsky présenter les résultats des examens médicaux des enfants.  Une corrélation entre la charge en radionucléides incorporés et l'état de santé des enfants a été établie pour le système cardio-vasculaire (fréquence des altérations des électrocardiogrammes), les organes de la vue, les systèmes endocrinien et reproducteur, et autres. Il a été souligné que "pour les habitants des régions contaminées par Tchernobyl qui subissent de manière chronique les effets de faibles doses de radiation, il était incorrect d'utiliser les coefficients de doses obtenus lors de l'examen de 100.000 habitants de Hiroshima et Nagasaki (irradiation instantannée).

        Il semble que ni les organisations internationales ni les services médicaux biélorusses ne se hâtent de proposer des projets médicaux communs axés sur l'étude de la relation entre la charge corporelle en radionucléides et le nombre de maladies, surtout chez l'enfant (système cardio-vasculaire, endocrinien, reproductif féminin, organes de la vue, reins, diabète sucré chez l'enfant etc).

        Le gouvernement du Bélarus et les organisations internationales (projets TACIS, ETHOS) accordent une attention bien insuffisante à l'appel de financements d'investisseurs biélorusses et étrangers, à la formation de la population aux moyens actifs de se protéger de la radiation, aux mesures pratiques visant à diminuer la dose radioactive annuelle. Il faudrait:

¨      chercher et trouver des financements spécialisés destinés aux habitants des régions contaminées afin qu'ils puissent fertiliser avec des engrais minéraux leurs lopins de terre pour diminuer le transfert des radionucléides des sols dans la chaîne alimentaire;

¨      assurer la fertilisation par engrais minéraux (potassium, phosphore, calcium) des prés et pâturages pour obtenir du lait et de la viande "propres";

¨      introduire des engrais minéraux (potassium, lignine) dans les sols des forêts dans un rayon de 8 à 10 km autour des localités pour y obtenir des champignons et des baies "propres";

¨      apprendre aux habitants à procéder régulièrement au contrôle radiologique des fruits et légumes de leur potager et des produits de la nature qu'ils consomment;

¨      procéder régulièrement à la mesure du taux de césium 137 incorporé dans l'organisme  des gens au moyen du spectromètre de rayonnement humain et leur faire prendre régulièrement à ces populations des additifs alimentaires  à la pectine pour diminuer leur contamination interne et leur charge radioactive annuelle; 

¨      former les enseignants, les parents, les écoliers aux méthodes de traitement des aliments visant à diminuer leur teneur en radionucléides (séparation du lait, macération des champignons, de la viande etc).

        

Suivi du taux de radioactivité des aliments de base de production locale


De 1991 à 2001, l'Institut de radioprotection "Belrad" a réalisé dans les régions contaminées du Belarus plus de 350 000 mesures du taux d'accumulation du césium-137 dans les aliments consommés par les habitants. Elles ont montré que le taux de césium 137 était en moyenne supérieur à 100 Bq/l dans 10 à 15% de la totalité du lait et supérieur à 370 Bq/kg (avec des maximum de 5000 Bq/kg) dans 80% des champignons. Cependant dans certains villages la quantité de lait contaminé au-delà des normes admises s'est révélée bien supérieure. Le tableau 1 présente les données concernant la contamination du lait dans certains villages des régions de Gomel et de Brest, obtenues de 1997 à 2000 par les Centres Locaux de Contrôle Radiologique (CLCR) créés par l'Institut Belrad.

  

Localités

Pourcentage de lait contaminé au-delà des niveaux d'admissibilité, %

1997г.

1998г.

1999г.

2000г.

 

1

2

3

4

5

 

Région de Gomel

Svetlovitchi

district de Vetka

50,0

26,9

32,1

40,2

Valavsk

district d'Ielsk

13,5

13,2

18,0

42,5

Skorodnoié

district d'Ielsk

15,1

18,2

9,2

36,9

Iourkévitchi

district de Jitkovitchi

25,4

16,6

35,8

23,9

Slobodka

district de Kalinkovitchi

40,2

55,4

55,5

41,7

Chareïki

district de Kalinkovitchi

76,9

43,4

39,0

16,0

Babitchi

district de Retchitsa

10,6

29,1

17,9

20,2

Polessié

district de Tchetchersk

16,6

21,9

12,2

17,1

Sidorovitchi

district de Tchetchersk

-

33,3

50,0

23,5

 

Région de Brest

Olmany

district de Stolin

75,1

25,0

37,3

44,9

Otverjitsi

district de Stolin

26,0

18,1

25,7

21,9

Gorodnaïa

district de Stolin

19,4

3,1

55,4

39,5

Mikachevitchi

district de Louninets

24,3

22,8

27,8

21,4

Lougui

district de Louninets

27,3

20,7

42,9

70,5

Diatlovitchi

district de Louninets

31,2

31,8

45,0

19,6

Паре Пинского р-на

12,9

11,3

39,5

19,4

 

Dans de nombreux villages à certains mois de l'année le pourcentage de lait au taux de contamination par le césium 137 supérieur aux niveaux d'admissibilité s'est élevé jusqu'à 50-90%; dans certains village tous les échantillons de lait apportés par la population aux Centres de contrôle étaient contaminés outre mesure. Citons les villages de Litvinovitchi du district de Korma (en 1997), Chareïki du district de Kalinkovitchi (1997, 1998), Mikoulitchi du district de Braguine (1998), Lakhovka du district de Louninets (1998), Paré du district de Pinsk (1999), Slobodka du district de Kalinkovitchi (1999,2000).

        Selon les données du Ministère de la Santé du Belarus, en 2001 la concentration de césium 137 dans le lait s'est avérée supérieure à 50 Bq/l dans plus de 1100 villages. L'analyse des données obtenues au cours de ces années montre que la quantité d'aliments contaminés au-delà des niveaux d'admissibilité ne diminue pas.

   

Niveaux d'admissibilité et santé des enfants

  L'adoption de niveaux d'admissibilité sévères pour le césium-137 et le strontium-90 dans les principaux produits alimentaires pourvoyeurs de doses est une des mesures les plus efficaces pour protéger la population.

La présence de concentrations importantes de césium 137 dans l'aliment essentiel des enfants des campagnes – le lait (dont les valeurs maximales atteignent de 1400 à 2600 Bq/l pour le secteur privé) – conduit à une importante incorporation du césium 137 dans l'organisme des enfants, ce qui est probablement une des raisons principales de la détérioration brusque de leur état de santé. 

        Les examens d'enfants effectués entre 1996 et 1999 par les équipes de l'Institut de médecine de Gomel (Professeur Y.I.Bandazhevsky) dans les villages des régions du Belarus contaminées par Tchernobyl ont montré que les fortes concentrations de césium 137 dans l'organisme des enfants provoquent une détérioration brusque de leur état de santé : en présence d'une concentration de césium-137 supérieure à 50 Bq par kilogramme de poids du corps dans l'organisme de l'enfant, on constate des altérations pathologiques au niveau des organes et des systèmes vitaux, principalement du système cardio-vasculaire, nerveux, endocrinien, immunitaire, reproducteur, digestif et urinaire.

Les risques que présente l'accumulation chronique de quantités si importantes de radionucléides dans l'organisme de l'enfant ont été confirmés par d'éminents radiobiologistes de Russie (le professeur et docteur en médecine E.B.Bourlakov, le membre correspondant de l'Académie des sciences de Russie, professeur et docteur en biologie A.V.Iablokov), d'Ukraine (le professeur et docteur en médecine M.I.Roudnev, le professeur et docteur en médecine L.V. Porokhniak-Ganovskaïa), de France (le professeur et docteur en médecine Michel Fernex).

 La fig.1 montre la corrélation entre le taux de radionucléides incorporés dans l'organisme, et le nombre d'enfants présentant un électrocardiogramme normal.

 

% d'enfants à l'ECG normale

 

               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On constate qu'au dessous de 5 Bq/kg de poids, plus de 80% des enfants sont sains. Avec 11 Bq/kg de poids les enfants sains ne sont plus que 35%. Autrement dit, chez 65% des enfants présentant une concentration de césium-137 de plus de 11 Bq/kg du poids, les électrocardiogrammes présentent des anomalies. En présence d'une concentration de césium-137 dépassant 70 Bq/kg de poids dans leur organisme, près de  90% des enfants ont un électrocardiogramme anormal.

        Les rapports médicaux du Ministère de la Santé et du Comité Tchernobyl notent qu'au cours des années qui ont suivi la catastrophe de Tchernobyl, le nombre des enfants sains au Belarus est passé de 85% (en 1985) à 20% (en 1999). Une hausse de la morbidité a été constatée pour toutes les classes de maladies.  Dans les régions contaminée la fréquence des malformations innées s'est vue multipliée par 2,3. L'espérance de vie des habitants du Belarus est plus basse que celle des populations des pays qui l'entourent (Russie, Ukraine, Lettonie, Lituanie, Estonie, Pologne).

        On pourrait certes tenter d'expliquer ces processus sanitaires négatifs par la détérioration de la situation économique du pays, surtout des habitants des campagnes. Mais au lendemain de la seconde guerre mondiale la situation économique de la population biélorusse n'était pas meilleure qu'aujourd'hui. Or aucune catastrophe sanitaire n'avait été observée alors.

 

Particularités de l'impact des radionucléides sur l'organisme de l'homme.

         

16 ans après l'accident à la centrale nucléaire de Tchernobyl, le gros de la charge radioactive corporelle reçue par les habitants des régions contaminées (> 80%) provient des aliments de production locale qu'ils consomment et qui sont fortement eux-mêmes contaminés par le césium 137 ou le strontium 90. Ce sont les habitants des campagnes qui reçoivent la plus grande part de la dose collective annuelle d'irradiation. Le système de contrôle radiologique des produits alimentaires qui est en place ne s'occupe que des produits alimentaires produits dans le secteur étatique. Le secteur privé est laissé sans aucun contrôle (vergers, potagers, vaches des paysans). Il faut souligner que 50% des aliments consommés par la population du Belarus sont produits par le secteur privé et leur consommation n'est sujette à aucun contrôle (les postes de contrôle sanitaire et épidémiologique du Ministère de la Santé procèdent bien à quelques contrôles ponctuels qui sont nettement insuffisants). Selon les données ( 1991-2001) des Centres Locaux de Contrôle Radiologique créés pour contrôler les aliments de la population, 10-15% du lait et 80% des produits de la forêt apportés par les habitants de la zone contaminée présentaient des concentrations de césium 137 supérieurs aux niveaux admissibles.

        On note un effet de synergie entre les facteurs radiologique et chimique du césium 137. Le radiocésium pénètre dans l'organisme avec les aliments et est activement absorbé par les cellules des organes vitaux – le cœur, la thyroïde, le foie, les reins, le système nerveux. La manifestation du processus pathologique est déterminée par la quantité du césium 137 incorporé. On a établi que la concentration du césium 137 dans les divers organes étaient fort irrégulière (de 3 à 10 fois plus importante dans certains organes) et qu'elle provoquait des altérations complexes structurales et métaboliques dans tout l'organisme.

        Si on compare les groupes d'âge, les enfants et les adolescents reçoivent une charge corporelle 3 à 5 fois plus grande que les adultes à consommation égale d'aliments contaminés de radionucléides. Ils sont bien plus sensibles à l'action négative de la radioactivité.

        Le Professeur Yuri Bandazhevsky a établi une corrélation entre les altérations pathologiques observées chez les enfants et les mesures de leur charge corporelle en radionucléides  au niveau:

- du système cardio-vasculaire (fréquence des altérations de l'électrocardiogramme),

- des organes de la vue (fréquence de la cataracte chez les enfants),

- du système endocrinien (taux de la thyroxine et de la cortisone dans le sang),

- du système reproducteur féminin ( taux de l'estradiol et de progestérone dans le sang),

- de l'état du foie et du métabolisme : taux des protéines (albumines et globulines alpha1-alpha2) et du glucose dans le sang,

- de l'hémopoïèse (numération des érythrocytes dans le sang) etc.

 

Les résultats du suivi radiologique des habitants du Belarus

 

       Entre 1996 et 2001 l'Institut Belrad a examiné plus de 115.000 enfants des régions contaminées à l'aide de ses laboratoires ambulants équipés de spectromètre de rayonnement humain (SRH). Ces examens ont mis en évidence les hauts niveaux de concentration de césium 137 dans leur organisme. 90% des enfants examinés au moyen du SRH avaient des niveaux d'accumulation de césium 137 dans l'organisme supérieurs à 15 Bq/kg, les enfants de nombreux villages avaient jusqu'à 200-400 Bq/kg, certains enfants de familles démunies – jusqu'à 1500-2000 Bq/kg, dans le village Doubline du district de Braguine ce niveau était de 3500 à 4000 Bq.kg, dans les villages de Kirov et Khiltchikha du district de Narovlia – de 4000 à 7000 Bq/kg.

        La carte montre les niveaux d'accumulation du césium 137 dans l'organisme des enfants des district de Leltchitsy, d'Ielsk et de Narovlia de la région de Gomel. Ces données prouvent que plus de 90% des enfants doivent bénéficier d'urgence de protection radiologique.

        Nos mesures au moyen du SHR de l'accumulation de césium 137 dans l'organisme des enfants ont montré que la zone de sinistre écologique du Belarus est beaucoup plus vaste que la zone contaminée par les retombées radioactives et cela est dû à la dispersion des produits alimentaires contaminés.

        Les mesures que nous avons effectuées dans plusieurs centaines de villages des régions contaminées du Belarus sur des échantillons représentatifs et statistiquement fiables, et qui mettent en évidence une importante concentration de césium 137 dans l'organisme de l'enfant, prouvent que les mesures de radioprotection mises actuellement en place sont loin d'être suffisantes.

        Pour avoir des résultats fiables de l'examen anthropogammamétrique de 500.000 enfants répété deux fois par an pour chacun, il est nécessaire de procéder à 120-150 mille examens par an. Pour cela il faut disposer de 12-15 laboratoires mobiles équipés de SRH. J'ai exposé ce programme pour la première fois le 17 avril 1996 à Strasbourg devant le Parlement européen lors de la Conférence sur les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl au Belarus.

        A partir de1996 dans le cadre d'un programme international et avec l'aide financière d'associations caritatives d'Irlande, d'Allemagne, des Etats-Unis et de Norvège, l'Institut "Belrad" a créé 7 laboratoires radiologiques mobiles (à bord de minibus Ford-Transit) équipés de SRH et de radiomètres-gamma RUG-92M pour le contrôle radiologique des aliments.     

         

Le projet de radioprotection des populations de l'Institut "Belrad"

 

        Comme le dommage causé à la santé des enfants dépend directement de la dose radioactive qu'ils ont reçue au cours de toute leur vie depuis le début de la catastrophe, les mesures de radioprotection doivent avant tout poursuivre le but de diminuer les doses individuelles et collectives de contamination.

        Dans les territoires contaminés du Belarus habitent plus de 500.000 enfants. Dans 1100 villages de cette région le lait qu'ils consomment a une teneur de plus de 50 Bq/l, or plus de 60% de la charge corporelle des enfants provient du lait radioactif. Ce sont donc les enfants qui ont besoin avant tout de protection radiologique.

        Le but de la radioprotection est de diminuer la charge corporelle des enfants en césium 137 jusqu'à des niveaux inoffensifs ( moins de 15-20 Bq/kg). Pour cela il est indispensable de modifier les normes concernant la teneur en césium 137 des aliments destinés aux enfants, ainsi que les normes d'intervention: la  charge corporelle de 0,1 mSv/an ne doit pas être dépassée pour le groupe critique. Il est extrêmement important d'informer la population de manière objective, d'apprendre aux maîtres d'école, aux enfants et à leurs parents comment faire pour diminuer la quantité de radionucléides dans les aliments de production locale (cuisson, macération dans l'eau salée des champignons, de la viande et autres produits, séparation du lait etc)., comment obtenir des cultures non contaminées dans leurs potagers par des méthodes de fertilisation des sols par engrais minéraux, comment obtenir du lait non contaminé en ajoutant des adsorbants aux fourrages.

        L'Institut des Forêts de Gomel (académicien V.A.Ipatiev) a étudié pendant trois ans sur le territoire de l'exploitation forestière de Vetkovsk de la région de Gomel l'évolution de la contamination par césium 137 des champignons comestibles  dans les conditions d'une action directe de l'homme sur la couche nutritive des sols d'une pinède de 95 ans en comparant ces résultats avec le contamination des champignons d'un sol automorphe. La "barrière biologique" qui se forme dans les conditions de la phytocénose de la pinède assure en trois ans le blocage du transfert du césium 137 pourvoyeur de dose dans les arbres et conduit à la formation d'une couche d'humus où poussent des champignons beaucoup moins contaminés [32]. Grâce à cette "barrière biologique" la contamination des champignons a pu être divisée par les facteurs de 2 à 10 . Pour la création de la "barrière biologique" on a utilisé un engrais potassique (183 kg de K2O/ha) ou 2,5 t/ha de lignine. Les dépenses pour la réalisation d'une protection de ce genre sont de l'ordre de 5 à 10 dollars US par hectare de forêt.

Sur le territoire de l'exploitation forestière d'Ielsk de la région de Gomel, dans un bois de pins et bouleaux de 60 ans poussant sur un marais asséché en 1965, on a procédé au cours des années 1999-2000 à une étude du rapport entre la profondeur de la nappe phréatique et la formation d'une "barrière biologique" dynamique. A certains niveaux des eaux souterraines, la contamination en césium 137 est de 2 à 5 fois plus basse, aussi bien dans le bois des arbres que dans l'humus. Parfois la couche partiellement libérées des radionucléides atteint 10 cm et plus. La contamination en césium des baies et champignons poussant sur ces sols est également de 2 à 10 plus basse qu'ailleurs.

Pour la protection des enfants de ces régions il est très important d'introduire dans leur ration alimentaire un additif à la pectine qu'ils doivent prendre régulièrement (3 à 4 fois par an durant un mois) et qui élimine les radionucléides de leur organisme. Ce traitement à la pectine doit s'accompagner d'un contrôle permanent de leur charge corporelle en césium 137 au moyen du spectromètre de rayonnement humain (SRH). Cette mesure de radioprotection est certes également nécessaire aux adultes mais à régime alimentaire identique, les enfants concentrent de 3 à 5 fois plus de radionucléides que les adultes   et doivent être protégés en premier lieu.

Voici en résumé les mesures qui permettent de protéger l'homme des conséquences de la radiation sur sa santé:

·        en agriculture: la fertilisation des sols par des engrais minéraux, l'apport de chaux, etc… dans les prairies à foin, les pâturages et les champs labourés diminue le transfert des radionucléides du sol dans la végétation;

·        dans les exploitations forestières : par traitement de la couche nourricière du sol par divers agents (lignine), la création d'une "barrière biologique" qui diminue le transfert des radionucléides non seulement dans les racines mais dans les branches, les feuilles et les aiguilles des arbres et contribue à la formation d'un humus de moins en moins contaminé  où poussent des baies et champignons contenant de moins en moins de radionucléides;

·        pour diminuer la concentration de césium 137 dans le lait qui est le produit essentiel pourvoyeur de dose, l'ajout dans les fourrages d'adsorbants qui contribuent à l'élimination des radionucléides incorporés par le bétail;

·        la distribution aux enfants et aux femmes enceintes (groupe à risque) d'aliments non contaminés et d'additifs alimentaires augmentant leur résistance aux maladies, y compris cancéreuses, et contribuant à évacuer de leur organisme les radionucléides, les métaux lourds et les nitrates.

 

L'opinion publique a finalement pris conscience de l'utilité de l'apport d'engrais minéraux dans le sol et de l'ajout d'adsorbants aux fourrages donnés au bétail domestique pour l'obtention de lait non contaminé.

Mais le dommage économique causé au pays par la catastrophe et les dépenses qu'il a dû assumer au cours des 4-5 dernières années pour introduire dans les sols 40-50% des engrais minéraux indispensables, fait qu'il est incapable actuellement et dans les dix années à venir de résoudre le problème de la production de produits alimentaires non contaminés.

Malgré l'effort fourni par 6 entreprises du Belarus pour produire des fourrages mêlés d'adsorbants (bleu de Prusse) et la mise en place de la distribution de 50-60 kg de ces fourrages par tête de bétail, le problème de l'obtention dans les région contaminées de lait contenant moins de 37 Bq/l de césium 137 n'a pas été résolu.

De ce point de vue, l'importance des recherches prophylactiques menées en Ukraine sur l'utilisation d'additifs alimentaires à la pectine pour évacuer les radionucléides de l'organisme est évidente. Celles-ci ont montré que lorsqu'il existe une incorporation permanente de radionucléides à partir d'aliments contaminés, il est possible d'en réduire la concentration dans l'organisme, en prenant de manière intermittente avec les repas, des additifs alimentaires adsorbants,  tels la pectine.

 

L'Institut "Belrad" a étudié en détail l'expérience de l'Ukraine et du Belarus dans l'emploi d'additifs alimentaires à base de pectine. Après avoir effectué des essais cliniques, le Ministère de la santé d'Ukraine a recommandé d'administrer les comprimés à base de pectine, "Iablopect", à la population qui vit ou qui travaille dans les territoires contaminés par les radionucléides, ainsi que dans les stations thermales et sanatoriums pour le rétablissement des personnes victimes des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl.

 

Il recommande aux adultes de prendre de 2 à 4 comprimés et aux enfants de 1 à 2 comprimés par jour, pendant 20 à 30 jours. Le traitement prophylactique doit être répété tous les 3 mois. Au bout d'un mois de prise de "Iablopect", le césium-137 est éliminé de l'organisme des enfants à raison de 30 à 40%, et le plomb de 35 à 70%.

En 1997, N.A. Gres a effectué, dans la clinique "Aksakovchtchina" du Ministère de la Santé, des essais cliniques sur l'action des produits à base de pectine (vitapectine, pectine) en étudiant la dynamique des oligo-éléments dans le sang des enfants. Elle a pu montrer que le plomb a diminué de 53,5% et le mercure de 24% dans l'organisme; le contrôle parallèle du fer, du cuivre, du zinc et du potassium dans le sang a montré que ces oligo-éléments vitaux indispensables à l'organisme ne sont pas éliminés et que leur taux dans le sang reste constant.

  

 

Test comparatif de l'efficacité des divers adsorbants pour l'évacuation des radionucléides de l'organisme des enfants

 

L'Institut "Belrad" a procédé dès 1996 à l'évaluation de l'efficacité de divers adsorbants pour l'évacuation des radionucléides de l'organisme des enfants. Finalement un nouvel adsorbant, le Vitapect, a été créé.

En août 2000 dans le cadre d'un programme approuvé par le président du Comité Tchernobyl V.G.Tsalko, on procéda au contrôle de l'efficacité de l'élimination des radionucléides de l'organisme par les produits à base de pectine ("Iablopect" – 30 personnes, "Vitapect" – 27 personnes) et par d'autres adsorbants ("Spiruline" – 18 personnes), ainsi que par un ensemble de vitamines ("Vitus-iode" – 22 personnes) chez les enfants et leurs parents habitant dans les territoires contaminés qui se trouvaient en cure au sanatorium "Belarus". Un groupe témoin de 36 personne ne recevait aucun adsorbant. Les mesures effectuées au début et à la fin de l'expérience ont montré qu'après 20 jours de traitement, le taux de césium-137 avait baissé de 24,9% pour le groupe traité par le produit "Vitus-iode", de 26,8% pour celui traité par la "Spiruline" et de 46,9% pour ceux qui avaient reçu des additifs à base de pectine. Dans le groupe témoin le taux de radionucléides n'avait baissé que de 16,8%.

        En juin 2001 à la proposition du professeur Michel Fernex (France) on procéda au sanatorium "Serebrianye Klioutchi", à un test de l'efficacité du produit "Vitapect" comparé à un "Placebo" par une méthode doublement aveugle conforme aux standards européens. Les expérimentateurs comme les enfants ne savaient pas quel était le produit que recevait chacun des sujets. Le test était supervisé par un Comité d'éthique indépendant. Il y avait deux groupes de 32 enfants chacun (17 garçons et 15 filles nés en 1990-1994). Les enfants du groupe A recevaient l'additif alimentaire à base de pectine "Vitapect", ceux du groupe B, le Placebo. La charge radioactive de césium-137 de chaque enfant était mesurée sur SRH avant et après le traitement.

        Les résultats des mesures au moyen du SRH ont montré: une diminution de 65,5% de la concentration du césium-137 chez les enfants traités par l'additif alimentaire à base de pectine "Vitapect" contre 13,9% chez les enfants ayant reçu le Placebo. Les résultats des mesures sont statistiquement fiables (p < 0,01).

        Vu les résultats obtenus, le Comité d'éthique et l'Institut de radioprotection "Belrad" affirment que les mesures effectuées au moyen du SRH de la charge radioactive de césium-137 contenu dans l'organisme des enfants et le traitement prophylactique par additifs alimentaires à base de pectine sont des mesures de radioprotection efficaces et importantes.

 

Additif alimentaire et séjour à l'étranger

 

Le couplage de la prophylaxie à base de pectine et d'une convalescence des enfants à l'étranger a montré d'excellents résultats.

Les enfants du district de Rogatchev de la région de Gomel, de Minsk, de Molodiotchno et de Jodino ont pu en 1999 faire un séjour de rétablissement en Autriche grâce à la fondation caritative "Tirol hilft des Kindern von Tschernobyl". Les enfants ont été examinés au moyen du SRH le jour de leur départ et le jour de leur retour. Pendant tout le temps de leur séjour en Autriche les enfants recevaient l'additif à base de pectine Iablopeck. L'analyse des résultats des deux examens de 165 enfants a montré que leur charge en césium 137 avait diminué en moyenne de 50,4%.

En 1999, pendant leurs vacances en Italie avec prise d'adsorbants, 650 enfants ont vu leur taux de césium-137 diminuer de  52 à 54% dans leur organisme.

En 2000, un projet a été réalisé avec la fondation anglaise "La ligne de vie pour les Enfants de Tchernobyl" : la concentration du césium-137 a été mesurée chez 1215 enfants à l'aéroport Minsk-2, avant leur départ pour l'Angleterre. L'additif "Vitapect" leur a été distribué (production de l'Institut "Belrad"). A leur retour d'Angleterre, le contrôle au moyen du SRH à l'aéroport, a montré que le taux du césium-137 a diminué de 65 à 95% dans l'organisme de ces enfants.

Un projet identique a été réalisé avec 1100 enfants, partis en convalescence en Irlande et qui ont pris là-bas de l'additif à base de pectine. Le contrôle des enfants au moyen du SRH, avant et après leur retour, a montré une baisse de 50% du taux du césium-137 dans leur organisme.

Comme les enfants vivant dans les territoires contaminés présentent des niveaux importants de contamination par les radionucléides incorporés de césium 137, il est évident qu'ils doivent être suivis par des examens réguliers au moyen du SRH et recevoir régulièrement des produits à la pectine. Cela permettrait de diminuer de 2 à 3 fois la concentration de césium 137 dans leur organisme, de baisser la dose d'irradiation collective, donc de diminuer les risques de détérioration de la santé de ces enfants.

En plus du séjour à l'étranger ou dans les régions non contaminées du Belarus avec prise d'additifs alimentaires à la pectine, il faudrait que les enfants qui ingèrent en permanence des aliments contaminés prennent régulièrement des produits à la pectine chez eux.

L'Institut "Belrad" souhaite pouvoir augmenter le nombre de ses laboratoires mobiles avec SRH et accroître la production du complément alimentaire "Vitapect".

 

Obstacles que rencontre l'Institut "Belrad"

 

Le ministère de la Santé du Belarus tente de monopoliser le contrôle de la concentration de radionucléides dans les aliments et l'organisme des habitants et cherche par tous les moyens à faire obstacle à l'activité développée par l'Institut indépendant "Belrad". Il a, en particulier, exigé une licence médicale pour avoir le droit de procéder aux mesures au moyen du SRH.

Grâce au soutien inestimable du ministère aux Situations d'urgence et d'un groupe d'experts (le prof. Fernex de Suisse, le prof. Bourlakov d'Ukraine, le prof. Kolomiets du Belarus) qui a conclu que les mesures sur SRH ne relevaient en aucune façon d'une activité médicale et n'avaient pas à recevoir de licence du ministère de la Santé, ce problème a été résolu.

En outre, les membres de l'équipe du projet international ETHOS ont obtenu du Comité Tchernobyl que 5 centres locaux de contrôle radiologique du district de Stoline passent de la tutelle de l'Institut indépendant "Belrad" sous celle de la succursale de Brest de l'Institut d'Etat de radiologie. Cette mesure a interrompu le suivi radiologique et la distribution de pectine que l'Institut "Belrad" réalisait depuis 10 ans pour protéger les habitants de ces villages.

Certaines personnalités s'appliquent également à créer des obstacles à nos activités. Ainsi le professeur Lengfelder (Münich, Allemagne) s'oppose à l'utilisation de produits à la pectine sans étayer ses affirmations par aucun argument. Il recommande d'expliquer aux parents qu'il est dangereux de consommer des aliments contaminés pour que ces derniers cessent de donner des aliments "sales" à leurs enfants, il n'y aurait alors aucun besoin de leur donner de la pectine. Cependant la situation économique du Belarus oblige les habitants des campagnes à se nourrir avec les productions locales et les produits de la nature contaminés par le césium 137.

Il est évident que la pectine n'est pas une panacée mais c'est cependant une mesure à la fois efficace et bon marché pour baisser les doses des enfants du Belarus.

 

Ce qu'on peut faire

 

Les niveaux d'admissibilité de la contamination par radionucléides des aliments de bases établis en 1999 sont incapables d'assurer la conformité à la Loi de la République du Belarus "De la protection sociale des citoyens victimes de la catastrophe de Tchernobyl", selon laquelle la dose ne doit pas dépasser 1 mSv/an. Le régime d'alimentation réel des gens montre que ces niveaux peuvent conduire à une dose d'irradiation annuelle de 1,2 à 1,3 mSv/an.

L'introduction de niveaux d'admissibilité sévères pour la concentration en césium-137 et en strontium-90 dans les principaux produits alimentaires sources de contamination, constitue l'une des mesures les plus efficaces de radioprotection de la population. Il est donc urgent que des niveaux plus bas soient établis pour les aliments destinés aux enfants; ils ne doivent pas dépasser 37-50 Bq/kg comme c'est le cas en Ukraine et en Russie (actuellement les normes sont les mêmes pour les adultes et les enfants: 100 Bq/l pour le lait, 500 Bq/kg pour la viande).

Dès aujourd'hui il est urgent:

·        de diminuer la concentration du césium 137 dans le lait en donnant aux vaches un mélange de fourrage et d'adsorbants, en séparant le lait;

·        de distribuer aux enfants et aux femmes enceintes des aliments non contaminés et des additifs alimentaires à la pectine qui accélèrent l'évacuation des radionucléides et des métaux lourds de leur organisme;

·        de former les maîtres d'école, les enfants et les parents aux bases de la radioprotection;

·        d'informer les populations sur le niveau de contamination des aliments de production locale et sur l'accumulation de radionucléides dans leur propre organisme (surtout celui des enfants) dans les conditions de leur alimentation et de leur mode de vie;

·        d'introduire dans le quotidien des habitants des régions contaminées la purification systématique de leur organisme des radionucléides;

·        d'utiliser les additifs alimentaires à la pectine enrichis de vitamines et d'oligo-éléments qui ont prouvé leur efficacité à éliminer les radionucléides et les métaux lourds;

·        d'organiser pour tous les enfants des territoires contaminés des séjours de rétablissement dans des régions propres: en sanatoriums, centres de convalescence biélorusses ou à l'étranger avec prise obligatoire de produits à base de pectine.

Soulignons une fois de plus que si les habitants sont bien informés de la quantité de radionucléides qu'ils ont incorporés, s'ils ont été formés aux moyens simples de radioprotection, s'ils prennent 3 à 4 fois par an pendant 21 jours des additifs alimentaires à base de pectine et passent  un mois une ou deux fois par an dans des régions non contaminées, leur dose annuelle peut se voir divisée par le facteur 2 ou 3.

 

Les projets de l'Institut "Belrad"

 

Toutes ces dernières années l'Institut "Belrad" tente de réaliser dans un cadre international plusieurs projets pour la défense radiologique des populations biélorusses vivant en territoire contaminé:

·        la création d'un réseau de centres locaux de contrôle radiologique des aliments dans les écoles et les infirmeries des plus gros villages des territoires contaminés ( près de 500 villages) et l'information de la population sur la contamination des aliments qu'ils consomment;

·        la création de 15 laboratoires mobiles équipés de SRH pour le suivi de l'accumulation de radionucléides dans l'organisme des enfants de 500 localités et l'évaluation de l'efficacité des mesures de protection (come l'action des additifs alimentaires à base de pectine);

·        la production d'additifs alimentaires à base de pectine, la création d'un système pour leur distribution dans les écoles et jardins d'enfant des territoires contaminés;

·        la création d'un centre de formation et la réalisation du programme de formation des enseignants des 911 écoles des territoires contaminés aux bases de radioprotection et d'écologie;

·        la création d'un centre de réhabilitation dans le cadre du programme "La mère et l'enfant" destiné aux parents et aux enfants d'âge préscolaire présentant de fortes concentrations de radionucléides incorporés; réhabilitation radiologique et médicale de ces sujets et enseignement aux parents des mesures de radioprotection à prendre pour protéger les enfants;

·        la création d'un centre radioécologique informatisé avec bases de données sur la situation radioécologique au Belarus;

·        la création d'un centre international pour la réalisation de projets communs consacrés au suivi radiologique des enfants, à un examen diagnostique approfondi de leur état de santé et à leur réhabilitation;

·        le jumelage entre les écoles et les familles à l'étranger et celles des régions contaminées du Belarus.

Nous estimons qu'il serait bon de réaliser cette conception de la radioprotection des populations des territoires contaminés du Belarus dans le cadre du concept de la protection sociale de la Maison de la Charité de Minsk, un des cofondateurs de l'Institut de radioprotection "Belrad".

 

Aide souhaitable

 

        Pour équiper les locaux cédés à l'Institut "Belrad" par la Maison de la Charité et réaliser les projets susmentionnés, nous comptons sur le soutien technique et financier des structures gouvernementales des pays de l'UE comme sur les associations non gouvernementales, caritatives et autres. L'Institut a besoin pour la réalisation de ces projets:

·        de lots d'équipements pharmaceutique pour la production d'additifs alimentaires à base de pectine;

·        de mélanges préfabriqués de vitamines et oligo-éléments (vitamines des groupes B,E,C,  carotène β, oligo-éléments K, Zn, Se, Ca, Fe et autres) pour la production journalière de 8000 boîtes d'additifs alimentaires à la pectine destinés aux 500 000 enfants des régions contaminées du Belarus;

·        d'équipement médical destiné au diagnostic et à la réhabilitation des enfants,

·        de spectromètres de rayonnement humain et de minibus pour créer 8 laboratoires radiologiques mobiles.

 

La réalisation de plusieurs projets en collaboration avec les fondations et initiatives "Tchernobyl" d'Irlande, d'Allemagne, d'Autriche, des Etats-Unis, de Norvège, de Suisse, d'Italie, de Belgique et de France ont prouvé l'efficacité de ces mesures qui peuvent dans l'avenir donner les résultats escomptés: réellement minimiser et prévenir les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl.

 

Conclusion

 

1. Le suivi radiologique effectué en 1991-2001 du contenu du césium 137 dans les aliments de production locale consommés par les habitants des territoires contaminés du Belarus (plus de 340.000 mesures) montre que 10 à 15% du lait contrôlé dans les CLCR contient plus de 100 Bq/l de césium 137. Les valeurs maxima atteignent 2000-2600 Bq/l. Dans de nombreux villages 20 à 70% du lait est contaminé au-dessus du niveau d'admissibilité établi.

Malheureusement depuis 1997 la part de lait contaminé au-dessus des normes ne diminue pas.

Les CLCR ont relevé dans les régions administratives de Gomel et de Brest un très fort pourcentage (près de 80%) de produits de la nature (champignons, baies, poisson, gibier) contaminé par le césium 137 au-dessus des normes.

 

2. Plus de 2 millions de personnes dont 500.000 enfants continuent à vivre dans les territoires du Belarus contaminés par les retombées de Tchernobyl (23% par le césium 137, 10% par le strontium 90, 2% par le plutonium 239).  Au cours de toutes ces années 140.000 personnes vivant dans les territoires contaminés à plus de 185 kBq/m² ont été évacués mais 27.871 personnes dont 6.758  enfants y vivent toujours.

Les habitants des territoires contaminés reçoivent la majeure partie de la dose de radioactivité (plus de 80%) en ingérant les aliments de production locale et fortement contaminés par le césium 137 et le strontium 90.

En 2000 on a enregistré plus de 400 villages où la teneur du lait en césium 137 était supérieure à 100 Bq/l.

 

3. Le suivi au moyen du SRH de la concentration des radionucléides du césium 137 dans l'organisme de 115.000 enfants des régions contaminées du Belarus a montré que de 70 à 90 % des enfants présentent des concentrations de césium dans leur corps de plus de 15-20 Bq/kg, dans de nombreux villages ces concentrations atteignent 200-400 Bq/kg, certains enfants de familles nombreuses et démunies présentent un taux de 1500-2000 Bq/kg. Dans les villages de Doubline du district de Braguine les taux atteignent 3500-4000 Bq/kg, dans les villages de Kirov et Khiltchikha du district de Narovlia ils montent jusqu'à 4000-7000 Bq/kg.

Ces résultats de mesures effectuées au moyen du SRH sur des échantillons représentatifs dans plusieurs centaines de villages des régions contaminées du Belarus prouvent que les mesures de radioprotection existantes sont bien loin d'être suffisantes et efficaces.

 

4. Le césium 137 est un radionucléide à vie longue qui, lorsqu'il a été incorporé par l'organisme, a une action à la fois radiologique et toxique sur les organes et systèmes vitaux du corps [13-16]. Il faut souligner que la distribution du césium dans l'organisme n'est pas du tout homogène : il s'accumule dans les organes vitaux en quantités 5 à 10 fois supérieures à la moyenne du corps.

On observe d'importantes altérations pathologiques dans les organes et les systèmes vitaux à partir de concentrations de césium égales à 50 Bq/kg.

Conformément aux principes classiques de radioprotection, il est nécessaire de protéger les enfants si 30% dépassent le seuil à risques (c'est à dire 15-20 Bq/kg).

 

5. Parallèlement à d'autres mesures de protection (introduction d'engrais minéraux dans les sols des prairies, champs cultivés et potagers privés, utilisation de fourrages mêlés d'adsorbants, séparation du lait, trempage des champignons, poisson, gibier dans l'eau salée), l'inclusion d'additifs alimentaires à la pectine dans la ration alimentaire des enfants s'est révélée une mesure efficace pour protégér les enfants des conséquences sanitaire de la radiation.

De 1998 à 2001 grâce à l'aide caritative internationale, l'Institut "Belrad" a pu distribuer des produits à la pectine à 45.000 enfants et prouver l'efficacité de ce traitement.

 

6. Le test double aveugle réalisé en 2001 selon une méthode agréée au niveau international pour comparer le produit "Vitapect" et un Placebo a donné des résultats probants et fiables (le taux de césium 137 incorporé a baissé de 65,6% chez les sujets traités au Vitapect et seulement de 13,9% chez ceux traités au Placebo).

 

7. L'Institut "Belrad" estime qu'il est nécessaire de suivre les recommandations du Centre de médecine radiologique d'Ukraine et du laboratoire du docteur N.A.Gres de l'Institut de médecine radiologique du Belarus et d'inclure dans la ration alimentaire des enfants une prise régulière (3 à 4 fois par an) d'additifs alimentaires à base de pectine pour purifier leur organisme des radionucléides incorporés en procédant parallèlement au contrôle sur SRH des variations de l'accumulation du césium 137 dans leur corps.

 

BIBLIOGRAPHIE

 

1.  Rapport sur les tests cliniques du produit à base de pectine "Iablopect". Institut de médecine industrielle du ministère de la Santé d'Ukraine, Krivoï Rog, 1997, 58 pages.

2.  Institut de médecine industrielle du ministère de la Santé d'Ukraine. Conclusion sur l'efficacité de l'additif alimentaire à base de pectine "Iablopect", 1997.

3.  Centre de recherche en médecine radiologique de l'Académie des sciences d'Ukraine. Conslusion sur les propriétés de protection de la poudre de pulpe de pomme contenant de la pectine dans les conditions de l'action sur l'organisme de faibles doses de radiation. Kiev, 1997.

4.  Certificat N° 08-33-0.42065 d'enregistrement auprès des services d'hygiène de l'Etat du produit "Iablopect3, 17.10.97.

5. Institut d'écologie industrielle. Rapport sur les tests cliniques de l'efficacité du produit "Medetopect". Moguilev, 1996.

6.  V.P.Jouravlev. Toxicologie des produits radioctifs. 2e édition, Moscou, Energoatomizdat, 1990, 336 pages.

7.. V.B.Nesterenko. La catastrophe de Tchernobyl :radioprotection de la population. Minsk, 1997 Mainz (Allemagne), 1998, 172 p.

8.  Instructions pour l'utilisation prophylactique des produits à base de pectine dans les conditions de contamination radioactive. Kiev, 1986, 9 pages.

9.  N.D.Kolomiets. Expertise pour le Ministère des situations d'urgence RB du programme de l'Institut "Belrad" "Suivi des radiations au moyen de SRH des enfants des régions du Belarus contaminées par les retombées radioactives de Tchernobyl, nécessité de leur protection contre la radioactivité et de la production de compléments alimentaires à base de pectine au Belarus ". Minsk, juillet 2000.

10. Michel Fernex. Expertise du projet de l'Institut "Belrad" "Suivi des radiations au moyen de SRH des enfants des régions du Belarus contaminées par les retombées radioactives de Tchernobyl, nécessité de leur protection contre la radioactivité et de la production de compléments alimentaires à base de pectine au Belarus ". France.

11. L.V. Porokhniak-Ganovskaia. Nouveau procédé pour la prophylaxie et le rétablissement des habitants de la zone de contamination radioactive : poudre à base de pectine de pommes et comprimés vitaminés solubles "Iablopect". Consultant médical, N° 1, 1998.

12. N.A.Gres et coll. Action des produits à base de pectine sur la dynamique des oligo-éléments dans le sang des enfants. Recueil de ISRC MR et E, Minsk, 1997 pp.108-116.

13. Y.I.Bandazhevsky. Pathologie du rayonnement radioactif incorporé. IMG, Minsk, 1999, 135 p.

14. Y.I.Bandazhevsky. Effets médicaux et biologiques du césium radioactif incorporé dans l'organisme. Institut "Belrad", Minsk, 2000, 70 p.

15. Y.I.Bandazhevsky. Le radiocésium et le cœur. Minsk, 2001, 62 pages

16. Y.I.Bandazhevsky. Le radiocésium et le développement intra-utérin du fœtus.

17. Normes de protection radiologique de Russie NPR-99. Moscou, 1999.

18. Normes de protection radiologique de la République du Belarus. Ministère de la Santé RB, 2000.

19. Intervention sur la pollution au plomb de l'environnement en Russie et ses conséquences sanitaires (Livre blanc). Moscou, 1997, 46 pages.

20. N.A.Gres, T.I.Poliakova. Les oligo-éléments de l'organisme humain et la santé. Recueil de ISRC MR et E, Minsk, 1997, pp. 5-25.

21. N.A.Gres et coll. Particularités des oligo-éléments dans l'organisme des enfants au Belarus. Recueil de ISRC MR et E, Minsk, 1997, pp. 26-29

22. V.B.Nesterenko. Catastrophe radiologique et écologique au Belarus suite à l'accident de la centrale atomique de Tchernobyl : résultats du monitoring radiologique au moyen de SRH du césium137 dans l'organisme des enfants du Belarus et nécessité de leur radioprotection avec des produits à base de pectine. Exposé du 4 octobre 2000 au Parlement Européen, Strasbourg.

23. M.I. Roudniov. Rapport sur les propriétés protectrices de la poudre de pommes contenant de la pectine, en présence de l'action de doses faibles de radioactivité sur l'organisme humain. Centre scientifique de la MR MAN d'Ukraine, Kiev, 1997

24. E.Lengfelder. Koennen Pektine die Ausscheidung radioaktiver Stoffe aus dem Koerper beschleunigen. Otto Hug Strahleninstitut. April 1998.

25. Conséquences de la catastrophe de Tchernobyl. La santé de l'homme. Red. E.B.Bourlakova. Moscou, 1996, 289 pages.

26. Normes de sécurité internationales principales. Série sécurité et protection. N°115, 1997.

27. A.V.Yablokov. Mythes de la sûreté des installation d'énergie atomique. Moscou, 2000.

28. V.B.Nesterenko. Suivi radiologique des habitants et de leurs aliments dans la zone biélorusse contaminée par Tchernobyl. Bulletins d'information N°N° 1-20, Minsk, 1996-2001.

29. Niveaux d'admissibilité du contenu des radionucléides du césium 137 et du strontium 90 dans les aliments et l'eau potable (NA-99). Ministère de la Santé du Belarus, 1999.

30. La catastrophe de Tchernobyl: causes et conséquences. Sous la rédation de V.B.Nesterenko. Minsk, 1996, 580 pages (versions russe et anglaise).

31 V.B.Nesterenko. Problèmes actuels concernant la radioprotection et le rétablissement des enfants du Belarus après la catastrophe de Tchernobyl. Intervention à l'Université Paris-7 le 26 avril 2001 (versions russe, anglaise, allemande et française) .

32. V.A.Ipatiev. La forêt et l'homme dans les conditions d'une contamination radioactive globale. Institut des Forêts. Gomel, 2002, 20 pages.